Meghan Markle est la plus forte. Kate et William sont démunis

0
401

Cela fait moins d’un mois que le prince Harry et Meghan Markle ont finalisé leur séparation de la famille royale britannique, renonçant à leurs patronages et nominations honorifiques ainsi qu’à leurs revenus. Les retombées entre le couple et le palais de Buckingham ont été douloureuses et publiques. «Il y a déjà beaucoup de choses qui ont été perdues», a déclaré Meghan à Oprah Winfrey dans une interview de deux heures diffusée hier soir sur CBS.

À mi-chemin, elle s’est comparée à la Petite Sirène, qui tombe amoureuse d’un prince et perd sa voix. Mais qui est à blâmer ? La version de Meghan aborde de nombreux sujets : la reine était adorable, mais l’institution plus large de la monarchie – connue familièrement sous le nom de «The Firm» ou «The Palace», n’a pas réussi à l’aider alors qu’elle était critiquée par la presse britannique. 

Pire encore, elle avait parfois le sentiment que les courtisans travaillaient activement contre elle. Un incident au cours duquel Meghan a été accusée d’avoir fait pleurer sa belle-sœur, Kate Middleton, pour une robe de demoiselle d’honneur, a été, a-t-elle déclaré, rapporté dans la presse dans le mauvais sens.  « Ils étaient prêts à mentir pour protéger les autres membres de la famille », a déclaré Meghan, « mais ils n’étaient pas disposés à dire la vérité pour me protéger, moi et mon mari ».

 Le palais a refusé de donner à son fils, Archie, un titre et un détail de sécurité et il y avait quelques «préoccupations et conversations sur la façon dont sa peau pourrait être sombre». Le mélange de racisme, d’isolement et d’intrusion qu’elle a enduré a conduit Meghan à des pensées suicidaires.

Le portrait que le couple a peint de la famille royale était peu flatteur: une institution dysfonctionnelle, dépassée, intimidée par les tabloïds, inconsciente du racisme. Après que le couple ait décidé de «prendre du recul» de la vie royale, Harry a dit à Oprah, que son père – l’héritier du trône, le prince Charles – avait cessé de prendre ses appels et lui avait demandé ses plans par écrit à la place. 

C’était la première fois dans l’interview que les vagues références à «The Firm», «l’institution» et «les membres du personnel du palais» se transformaient en un méchant spécifique. Charles avait «laissé tomber» son fils, et il y avait «beaucoup à faire», dit Harry. Il semblerait que cette interview a laissé beaucoup de traces sur la famille royale, qui n’aurait toujours pas digéré cet affront en public.

Selon plusieurs experts de la famille royale, le duc et la duchesse de Sussex ont gagné une bataille avec la diffusion de cette interview, mais la famille royale n’a pas encore dit son dernier mot. Une chose est sûre, la guerre est loin d’être terminée entre les deux clans …

Laisser un commentaire