Mélanie Page, terrible agression sexuelle, réconfort auprès de Sarah Abitbol !

0
2885

L’épouse de Nagui, Mélanie Page vivrait une période particulièrement compliquée. En effet, bien qu’elle soit très heureuse avec le célèbre animateur de France 2, elle aurait appris une terrible nouvelle. Son amie de collège, Sarah Abitbol a été agressée sexuellement durant son adolescence. Une terrible nouvelle qui a dévasté son amie la comédienne, qui a tenu à la soutenir sur les réseaux sociaux.

 » Revoir ma copine @sarah.abitbol1975 avec qui j’étais au collège… reparler du bon vieux temps avant son agression qui a brisé son adolescence… son combat est important. Il faut libérer la parole. Son livre témoignage sort en poche. À lire et à transmettre », a indiqué l’heureuse maman de quatre enfants, Mélanie Page.

Sarah Abitbol, a été médaillée aux championnats du monde de patinage artistique a révélé avoir été violée par son entraineur dans ses jeunes années, il y a quelques mois. Un drame qui s’est propagé sur la toile comme une trainée de poudres. A travers son ouvrage, publié aux Editions Plon, Sarah Abitbol évoque son passé très douloureux.

Entre 1994 et 2003, Sarah Abitbol a été 10 fois championne de France de patinage artistique. En 2000, elle est sur la troisième marche des championnats du monde. La compagne de Stéphane Bernadis indique dans son livre avoir été « violée à plusieurs reprises par son entraîneur entre 1990 et 1992, alors qu’elle n’était qu’une adolescente ». Des propos qui engendre la stupeur dans ce monde si fermé.

« Ce n’est pas facile de dire à 44 ans qu’on a été violée à 15 ans. Je n’ai d’ailleurs jamais prononcé ce mot, sauf une fois devant ma psy, quatorze ans après. Aujourd’hui encore, j’ai beaucoup de mal. Je l’écris pour la première fois », confie la célèbre patineuse. Puis elle s’est adressé à son violeur : «Vous m’avez violée (…). J’ai gardé le secret, monsieur O. Pendant deux ans, vous dites régulièrement à ma mère : ‘‘Ce soir, je garde Sarah pour l’entraîner’’. Et vous me violez dans le parking, les vestiaires et dans des recoins de la patinoire dont je ne soupçonnais même pas l’existence », a-t-elle confié.

Avant de poursuivre : « Je ne pouvais pas porter plainte, je voulais simplement m’en sortir. Je ne mangeais plus, je ne dormais plus. Il n’y avait pas un seul moment de la journée où je me sentais bien. J’essayais de sauver ma peau. Le fait de se taire, c’est dû à la honte. C’est horrible. Il m’a aussi dit ‘c’est un secret’. Mes parents avaient déménagé de Nantes à Paris pour essayer que j’ai une carrière de haut-niveau. Comment je pouvais leur dire une chose pareille ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici