Nabilla Benattia bébé 2 – joie perturbée par des soupçons d’aescroquerie

0
116

Le magazine Public n’a pas, dans son dernier numéro, fait de cadeau à Nabilla Benattia et son epoux Thomas Vergara.

Seulement quelques semaines après qu’elle a donné naissance à son deuxième enfant, le magazine Public fait des révélations concernant Nabilla Benattia et son mari. D’après le publication, le couple ne tiendrait pas parole suite à certains engagements pris dans le cadre de ses partenariats avec différentes enseignes. 

« On a ainsi eu plusieurs fois vent d’hôtels de luxe qui n’auraient pas eu le nombre de posts escompté sur Instagram en échange de leurs séjours gratuits », a indiqué la publication dans sa dernière parution. C’est le « guide touristique en ligne Mes vacances à Dubaï », se sentant « floué », qui aurait révélé l’information.

Ce « dérapage » daterait de quelques années. « Contactés directement par la starlette qui les aurait suppliés de leur trouver une chambre en urgence, ils lui auraient arrangé un partenariat avec le Sofitel de Dubaï en échange d’un post sur son Instagram », rapporte le magazine Public. Mais l’influenceuse et son mari n’auraient pas rempli leur part du contrat. 

Le couple aurait quitté « précipitamment le palace sans honorer leur engagement, mettant en porte-à-faux leur intermédiaire, qui a dû régler la chambre pour eux », détaille l’hebdomadaire. Le pire est que les deux  nouveaux parents n’auraient même jamais pris la peine de présenter des excuses. 

Nabilla Benattia aurait adopté le même comportement avec d’autres entreprises dont une marque de lentilles et une créatrice de maillot de bain. Récemment, alors qu’elle a accusé une agence immobilière de l’avoir arnaquée, le fondateur et président de la société incriminée a donné une version différente.

« J’ai reçu, quelques jours plus tard, un appel d’une copine de Nabilla, une avocate de Marseille, qui m’a hurlé dessus pour me demander le remboursement de l’argent versé avec, en plus, le double de la somme en dommages et intérêts. En cas de refus de ma part, toute l’affaire allait être racontée sur les réseaux sociaux. Il était hors de question que j’accepte ce genre de procédés », a-t-il déclaré. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici