Nikos Aliagas, tabassé dans la rue – il brise le silence !

0
843

Le célèbre acteur, Nikos Aliagas est l’un des animateurs préférés des français, selon le dernier classement du JDD; L’animateur, très appréciés affiche toujours sa joie de vivre, malgré les épreuves difficiles auxquelles il a été confronté. Récemment, c’est la mort de son ami, qui l’a beaucoup affecté. Un drame dont il a parlé ouvertement, sur les réseaux sociaux, où il est très actif.

« Ce soir je voudrais vous parler de mon ami Kostas Stamkopoulos, il aurait eu soixante ans dans quelques jours mais la vie en a voulu autrement. Kostas nous a quitté samedi matin aussi dignement qu’il a vécu, sans déranger personne, entouré des siens, apaisé et dans la gratitude. Six ans à se battre contre le cancer, de tout son être, sans se plaindre, ni se morfondre, Kosta toujours présent dans nos joies et dans nos peines, attentif à chacun d’entre nous, sensible aux choses essentielles. « La santé mon ami » me disait-il « prends soin de toi, pense à toi, le reste n’a pas d’importance. »

Avant de poursuivre : « J’allais le retrouver dans son restaurant de la rue Jean Nicot et on refaisait le monde, on parlait de musique grecque, d’oliviers et de voyages. Chez « Apollon » nous avons levé nos verres en famille, nous avons ri, pleuré, nous avons chanté, dansé, nous avons célébré l’existence. Kosta est venu à Paris de Platanorevma, un joli village du nord de la Grèce (il en était fier) il avait seize ans et des rêves pleins les yeux. La France le lui a rendu, il a travaillé dur jour et nuit, il a honoré le pays mais il a gardé cette douce nostalgie dans chacun de ses actes. Le retour d’Ulysse comme un rêve jamais totalement réalisé. Ce soir je pense à ses beaux et bons enfants, Eleni, Aristotélis, Odysséas, je pense à sa lumineuse épouse Chrysanthi, tous plus unis et plus soudés que jamais face au départ du père ». 

Alors que l’heureux papa affiche toujours un sourire a toute épreuve, récemment, Nikos Aliagas a évoqué le calvaire qui l’a beaucoup fait souffrir durant son enfance. Son père était tailleur et il avait cousu le costume d’Alain Delon dans Borsalino. Très fier, Nikos Aliagas n’avait pas hésité une seule seconde à en parler à ses camarades de classe, qui ne l’avaient pas cru.

« Ils m’ont traité de menteur. Ils m’ont cassé la gueule, un jour. J’étais rentré à la maison avec un œil au beurre noir », a-t-il confié, soulignant qu’en racontant son histoire à son père, ce dernier « en a mis une de l’autre côté, à la grecque ». Son père a poursuivi avec un autre conseil.  « La prochaine fois, tu rends les coups », lui avait-il lâché. Par ailleurs, récemment, Nikos Aliagas a perdu son père et il lui a laissé un vibrant hommage sur instagram.

“La mort ne nous sépare pas de ceux qu’on aime, elle n’altère ni le lien ni la lumière des êtres qu’on porte en soi. On apprend à vivre avec nos absents, à les retrouver dans un bruissement, un souffle, une lumière délicate, un chant d’oiseau au petit matin” , a-t-il écrit.

Laisser un commentaire