Prince Harry « gêné », pour Meghan Markle dans la tourmente, face à une dépendance inhabituelle

0
252

Meghan Markle embarrasserait son mari par une habitude peu flatteuse. La duchesse de Sussex se nourrirait mal. 
L’ancienne comédienne ne parviendrait pas à se défaire de cette habitude. Elle aurait pourtant déjà tenté de s’alimenter de manière tout à fait saine, mais sans succès. Elle aurait ainsi des difficultés à maintenir sa ligne, surtout maintenant qu’elle a donné naissance à deux enfants, Archie et Lilibet. 
Malgré ses efforts en effet, il lui arrive de replonger et d’enfreindre les directives liées à son régime alimentaire, pourtant strict. Meghan Markle participe aussi régulièrement avec des amis à des cours de yoga. « Au départ tout va pour le mieux », lâche l’un de ses proches avant de révéler une suite moins flatteuse. 
Des frites et un menu McDo tombés de son sac à main d’un grande marque. Ce qui aurait fortement embarrassé la duchesse de Sussex. « Elle a présenté ses excuses », indique la source. Un incident qui ne serait pas arrivé uniquement à Meghan Markle. D’autres célébrités aussi comme Kristen Stewart, qui interprète le rôle de la princesse Diana dans Windsor, ou encore Selena Gomez, auraient éprouvé au moins une fois la même gene. 
Mais cette tendance de Meghan Markle à mal se nourrir n’aurait pas l’effet de changer l’avis de sa biographe à son sujet. Elizabeth Gouslan, auteure du livre Meghan ou le désespoir des princesses, paru aux éditions L’Archipel, peint l’épouse du prince Harry comme une arriviste et une femme sans scrupule.  
L’intérêt de l’ancienne comédienne pour le petit-fils de la reine Elisabeth II n’aurait été rien d’autre que celui d’étendre sa notoriété et atteindre ses objectifs, dont le projet d’arriver à Washington. « Venue de nulle part, elle est déjà riche et très avisée lorsqu’elle décide d’une OPA sur la plus prestigieuse des familles royales. Comment épouser un millionnaire, c’est bien, mais comment épouser un prince royal, c’est encore mieux », déclare la biographe. 
« Et alors? On a cru qu’elle était naïve, mais il suffisait de regarder son pedigree pour comprendre qu’elle visait l’argent et la notoriété absolue que confère l’entrée dans la famille royale », soutient la journaliste selon qui Meghan Markle n’aurait pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin. « Je la vois bien dans quelques années se rapprocher de Washington et entreprendre une carrière politique aux Etats-Unis, parce qu’elle aime le pouvoir et qu’elle a des ambitions », affirme-t-elle. 

Laisser un commentaire