Samuel Benchetrit furieux, le mari de Vanessa Paradis frappé par un tragédie

0
604

Samuel Benchetrit reste affecté par la disparition de Marie Trintignant, la mère de son fils. Un drame que lui rappelle ce nouveau décès.  

Après la mort tragique de Marie Trintignant il ya quelques années, c’est son père Jean-Louis Trintignant qui a tiré dernièrement sa révérence à l’âge de 91 ans. Dans sa dernière parution, le magazine Ici Paris est revenu sur les obsèques de l’acteur, indiquant qu’ils se sont déroulés à Nîmes dans l’intimité. 

Marie Trintignant a été assassinée par Bernard Cantat, son compagnon à l’époque, qui pensait pouvoir remonter sur scène, et obtenir le pardon. Il y a quatre ans, il posta une lettre ouverte sur Facebook dans laquelle il expliquait une fois de plus sa compassion profonde, sincère et totale pour la famille de l’ancienne compagne de Samuel Benchetrit et ses proches. 

« J’ai payé la dette à laquelle la justice m’a condamné », avait-il écrit, réclamant son droit à exercer son métier et celui de son public à se rendre à ses spectacles et écouter sa musique ». Un message auquel certains proches de Marie Trintignant, dont Nadine Trintignant et Samuel Benchetrit, ont apposé leurs pensées. 

« Je m’en fous de ce qu’il dit. Je m’en contrefous. Je ne devrais pas dire ces mots là mais c’est ce que je ressens. Sa compassion qu’il la garde pour lui », avait-elle affirmé, avant d’ajouter: « Quand on a tué, on est responsable ». Des propos que soutient l’écrivain et réalisateur qui a eu avec Marie Trintignant un enfant. 

« Bernard Cantat a tué de ses mains la mère de mon fIls. A ses parents, aux gens qui l’aimaient, il a enlevé une femme libre extraordinaire », avait déclaré sur LCI le mari de Vanessa Paradis. Le réalisateur expliquait plus de dix après la mort de la mère de son fils, sa difficulté à annoncer une telle nouvelle à son petit garçon à l’époque âgé de 5 ans. 

« J’ai appelé le père d’un ami, medécin, pour avoir son avis », expliquait Samuel Benchetrit d’après qui le professionnel de la santé lui conseilla « d’être très clair, de ne lui laisser aucun espoir, de lui faire comprendre qu’il ne la reverra plus ». Il lui avait également été conseillé d’emmener le petit garçon à l’enterrement de sa mère, « pour l’après, pour plus tard ». 

Laisser un commentaire