Sandrine Rousseau : l’histoire d’une pauvre femme aux prises avec la colère des écolos

0
135

Le nom de Sandrine Rousseau n’est apparemment pas le bienvenu au sein des écologistes. Les propos anonymes et les commentaires publics de certains membres du parti EELV, rapportés par la presse ce jeudi 3 novembre, démontrent une forte désapprobation envers la députée. Selon ces sources, elle ne jouirait pas d’une grande popularité auprès de ses pairs, et les adjectifs utilisés pour la décrire ne sont pas toujours très flatteurs.

Un poids lourd de la gauche a déclaré à la presse : « Dans les grands débats qui agitent le pays, le seul Rousseau qu’on aurait envie d’entendre c’est Jean-Jacques, certainement pas Sandrine », continuant sous couvert d’anonymat : « Ne dites pas que c’est moi qui l’ai dit, on va tout de suite dire le vieux mâle blanc qui défend l’un des siens et qui s’en prend à une pauvre femme. » Il a conclu en affirmant que la question qui importe est celle de l’avenir de la planète, et non celle de Sandrine Rousseau.

Les réactions à la prise de parole de Sandrine Rousseau

Le 30 octobre dernier, Sandrine Rousseau était présente sur le plateau de BFM Politique, où elle a partagé quelques réflexions sur l’insulte gravée sur la voiture de Yannick Jadot. Elle a indiqué que le député devait comprendre « qu’on a besoin de retrouver l’écologie de combat. » Cependant, ces déclarations ont profondément agacé François Gemenne, un ami proche de Yannick Jadot.

Sur son compte Twitter, M. Gemenne a fustigé la députée, déclarant : « La manière dont vous légitimez cette violence contre votre opposant politique en dit très long sur la nature profonde de votre personne et de votre projet politique autoritaire, Sandrine Rousseau », et poursuivant : « Et ne venez pas parler d »écologie de combat’ […] Vous vous fichez du climat et de la biodiversité, vous ne connaissez rien à ces dossiers. […] Seul Manuel Valls vous arrive à la cheville en matière d’arrivisme politique : il n’y a pas chez vous une once de sincérité. Ça fait longtemps que j’aurais dû vous le dire. »

Il est clair qu’il existe des tensions et des désaccords au sein du parti écologiste en ce qui concerne la figure de Sandrine Rousseau. Les propos anonymes et les commentaires publics rapportés par la presse démontrent une forte désapprobation envers la députée, qui ne jouirait pas d’une grande popularité auprès de ses pairs. De plus, les réactions à sa prise de parole sur l’insulte infligée à Yannick Jadot montrent que ses idées et sa manière de communiquer ne sont pas toujours bien accueillies par tous. Cependant, il est important de noter que ces tensions ne reflètent pas nécessairement l’opinion de l’ensemble du parti écologiste et il est important de ne pas généraliser ces critiques. Il est important de poursuivre les débats constructifs pour faire avancer les idées écologistes dans le respect mutuel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici