Serge Gainsbourg, ses habitudes secrètes avec Charlotte, qu’elle détestait plus que tout au monde …

0
393

La fille du couple le plus impertinent de France a toujours été confrontée à la lumière médiatique depuis sa plus tendre enfance. Alors que Charlotte Gainsbourg sort son album le plus confessionnel, elle est revenue récemment sur son enfance folle et, pour la première fois, comment elle lutte toujours avec la mort prématurée de sa sœur.

Son père était Serge Gainsbourg, le célèbre chanteur français qui a enregistré Je t’aime… moi non plus avec Jane Birkin en 1969, une chanson si sulfureusement sexuelle qu’elle a été dénoncée par le Pape et interdite par la BBC. Après sa mort d’une crise cardiaque en 1991, à l’âge de 62 ans seulement, Serge a été décrit par le président François Mitterrand comme «notre Baudelaire, notre Apollinaire».

C’est une réputation à la hauteur et, pendant une grande partie de sa vie d’adulte, Charlotte Gainsbourg a été définie par son enfance. Elle combine les talents de ses deux parents et est une chanteuse et actrice acclamée par la critique qui a joué dans plus de 50 films et est réputée pour son tour stellaire dans le film d’horreur expérimental de Lars von Trier Antichrist, qui lui a valu le prix de la meilleure actrice à Cannes en 2009. Malgré la sortie de quatre albums bien accueillis (dont un qu’elle a enregistré à l’âge de 15 ans, avec de la musique écrite par son père), elle a été tellement intimidée par la réputation de Serge qu’elle n’a jamais écrit ses propres paroles, jusqu’ici.

« Son père, Serge Gainsbourg, lui aurait fait vivre l’enfer bien malgré lui. Il en demandait beaucoup à Charlotte alors qu’elle n’avait encore que 15 ans. Il lui donnait un rôle complexe et riche. Aussi, elle était installée chez son père pour les besoins du tournage et devait donc faire avec le fait de vivre et de travailler avec lui de longues semaines durant. Or, il devenait impossible pour l’adolescente de souffler. Car les excès de Serge Gainsbourg le suivait du domicile jusqu’en plateau, a rapporté un confrère.

« Il me faisait aller trop loin, faire des choses qui me gênaient. C’était difficile. Je faisais la tête sur les couvertures de journaux, je ne voulais faire aucun effort, c’était ma manière de ma préserver” a indiqué Charlotte concernant son illustre père. En outre, concernant le tournage de ‘Charlotte For Ever’, c’est l’insistance de ce regard qui avait tendance a épuisé la jeune fille. Vivre avec un père dépendant à l’alcool a été une situation particulièrement éprouvante pour Charlotte. Mais son amour pour son père, l’a poussée à l’aider dans les moments difficiles.

“Nous avons vécu ensemble tout au long du tournage. C’était compliqué. J’aime mon père plus que tout, mai j’ai eu tellement de mal à me faire à sa vie. Il était saoul en permanence. C’est éprouvant à vivre pour une enfant. en public, c’était difficile. Je me transformais en flic sur le tournage, je guettais les écarts”, a annoncé Charlotte, qui vit désormais à New York.

Laisser un commentaire