Sophie Davant, une maladie incurable, elle brise le silence

Une inquiétante rumeur affirme l’animatrice d’Affaire conclue sur France 2 atteinte d’une terrible maladie.

Sophie Davant apparaît pourtant en pleine forme à l’écran de France 2 où elle tient les rênes de l’émission Affaire conclue qui enregistre de bonnes audiences sur la chaîne. De plus, elle a désormais son propre magazine, S, pour lequel elle a déjà reçu plusieurs célébrités dont Sylvie Vartan qui fête cette année ses 60 ans de carrière.

Cependant, d’après le magazine Ici France qui a consacré sa Une à l’animatrice, l’ex-femme de Pierre Sled, maman de deux enfants Nicolas (27 ans) et Valentine (25 ans), serait souffrante. «Sophie Davant, une maladie incurable », écrit la publication. Mais en parcourant le support papier, on se rend bien vite compte que le mal dont il est question est celui dont sa mère est décédée il y a environ trente ans.

Un cancer du sein a eu raison d’elle à l’âge de 44 ans. Sophie Davant en aurait beaucoup souffert. Dans son livre Tout ce qui nous lie publié le 19 mai 2021, l’animatrice s’est souvenue de cette période douloureuse. Elle n’avait alors que vingt ans. Sophie Davant regrette que sa mère ne se soit pas davantage battue contre la maladie. «Maman a baissé les bras et décidé de refuser les prochains traitements prévus», affirme-t-elle.

Au médecin qui a révélé ce diagnostic à sa mère, elle avoue lui reprocher «son manque d’empathie » et «son manque de psychologie ». «Il ne s’agissait pas de craquer devant elle, elle comptait sur ma force et mon soutien. J’ai ravale mes larmes comme j’ai pu et je suis parti chez ma meilleure amie où je me suis laissée aller à mon immense chagrin, imaginant les terribles mois à venir », a confié la journaliste.

«Cette manière odieuse de vomir son diagnostic a probablement contribué à écourter le temps de survie de Maman. Six mois plus tard, elle n’était plus là », a écrit l’animatrice qui affirme s’être promis «de dénoncer plus tard les faiblesses de l’approche psychologique de certains praticiens qui ne raisonnent qu’en efficacité de traitements et oublient qu’ils ont un être humain en face d’eux».

Sophie Davant a aussi été éprouvée par une pathologie dont sa fille Valentine a été atteinte. Un mal dont parlait Le Parisien et auquel Le Figaro a consacré un dossier dans sa parution du 3 mai. «Elle nous a inquiétés en tombant dans l’anorexie jusqu’à devenir très affaiblie. Elle fuyait tous les repas, et cela a été une période difficile », a confié l’animatrice.