Sournoise, Meghan Markle embarrasse Harry en pleine guerre avec William …

0
633

Meghan Markle aurait rappelé au prince Harry un fait qui l’aurait fortement contrarié. 

Meghan Markle jouerait à la capricieuse, au point de mettre dans l’embarras son époux. Un comportement au sujet duquel l’auteur du livre Guerre Royale a été interrogé lors de l’entretien qu’il accordait au magazine Ici Paris. « Pourquoi ne suscite-t-elle la sympathie des gens », a-t-il été demandé au spécialiste de tête couronnées.

« Elle permet à Harry de voir ce qui ne va pas dans sa position. Jusqu’à là, il acceptait son rôle de numéro 2. Il a commencé à se poser des questions », a expliqué Robert Lacey. Meghan Markle aurait été la personne qui l’a incité à se rebeller contre son frère aîné, héritier en second de la couronne britannique après son père, et à semer le trouble entre les autres membres de la famille royale et lui.

« Mais il y a beaucoup d’hypocrisie. Meghan et lui clament la reine, mais tout ce qu’ils publient sont des critiques. Ils se plaignent, mais gagnent de l’argent en faisant ça. Meghan Markle a un haut niveau de confiance en elle et un très bas niveau de tolérance. Elle ne supporte pas les critiques. Meghan semble dure et forte, mais elle ne supporte pas le ridicule. Or les Anglais aiment le ridicule », a poursuivi l’historien. 

Meghan Markle et le prince Harry aurait poussé le bouchon plus loin en refusant de présenter leur fille Lilibet au prince Charles malgré la requête de ce dernier. Le mari de Meghan Markle en voudrait à son père de ne pas lui avoir accordé suffisamment d’attention lorsqu’il était enfant. Un sujet qu’a aussi évoqué l’historien Robert Lacey. 

« Malgré l’image d’un papa attentif et aimant dispensée par le palais envers les sujets de sa Majesté, Charles était peu présent auprès de ses fils, William et Harry, et à peine impliqué dans leur vie quotidienne », a affirmé l’expert royal selon les propos rapportés par le magazine France Dimanche dans l’une de ses éditions.

« Lorsque Harry a commencé à avoir des problèmes d’addiction au cannabis, ce n’est pas le prince qui l’a discrètement emmené dans un centre de désintoxication pour lui montrer les souffrances des drogués et provoquer un électrochoc, mais le mentor de son fils, Mark Dyer. Charles n’était d’ailleurs pas au courant de cette démarche », a-t-il expliqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici