Sylvie Vartan, marquée à vie – cette épreuve indélébile qui l’a suit depuis toujours …

0
5807

La célèbre chanteuse, Sylvie Vartan, qui est actuellement en pleine promotion de son nouvel album, ‘Merci pour ce regard’, s’est livrée en toute transparence sur son enfance en Bulgarie. C’est avec une immense émotion, que la mère de David Hallyday et de Darina a fait des confidences sur son passé douloureux.

«Mon cœur est bulgare. Et c’est pour cela que je tenais absolument à avoir une petite fille bulgare. Je me suis dit que comme cela, nous serions en accord émotionnel.», a-t-elle indiqué. Si David est issu de sa relation avec Johnny Hallyday. Sa fille Darina a été adoptée en Bulgarie avec son mari actuel, le célèbre producteur Toni Scotti.

Sylvie Vartan garde un lien très spécial avec son pays d’origine.  » La seule nostalgie que j’ai dans le cœur, c’est celle de mon enfance. C’était vraiment une vie extrêmement difficile, dont je me souviens d’ailleurs, et qui est très marquante. Tout ce que j’ai ressenti petite et tout ce que j’ai appris en Bulgarie, je l’ai gardé. Je crois que ce qu’on a vécu enfant est indélébile », a-t-elle confié.

Avant de poursuivre : « C’est quelque chose qui vous poursuit et j’y pense tout le temps. Ça m’habite sans cesse. C’est mes parents qui ont décidé, évidemment. Eddy et moi nous étions enfants. J’avais 6 ans et demi, 7 ans et nous avions quitté tout : les parents, les grands-parents, la famille… »

La France était un rêve pour de nombreuses familles bulgares, qui leur permettrait de trouver enfin la paix et la sérénité. « C’était très curieux, parce que en fait c’était le bonheur tant attendu et espéré de nos parents dans l’envie de trouver cette France qui était rêvée, et dont on parlait tellement souvent à la maison, et aussi le moment de la perte d’une certaine innocence quand on a dû laisser les parents, les grands-parents, et donc la réalisation du départ et de ce que ça comportait », a-t-elle révélé.

Avant d’ajouter : « Face à la difficulté à laquelle faisait face nos parents, on avait [elle et son frère Eddie, ndlr] quand même notre jeunesse et notre enthousiasme de découvrir Paris, une autre vie, et le rêve. Quand on est jeune on appréhende pas les mêmes choses ».

Laisser un commentaire