Une nouvelle vague en France avec le variant indien qui fait des ravages !

0
536

La mutation du virus indien montre des signes d’être une forme plus contagieuse de Covid-19, a déclaré l’Organisation mondiale de la santé, en classant la souche comme une «variante préoccupante». L’annonce est intervenue après que la France a déclaré il y a quelques semaines que 20 cas de la variante indienne avaient été détectés dans le pays.

Les scientifiques français ont mis en garde contre une course entre les variantes et les vaccinations, affirmant qu’une quatrième vague de pandémie pourrait être ingérable en raison de la chaleur estivale et de l’épuisement du personnel médical. On craint que la variante indienne soit responsable de la deuxième vague explosive du pays, et l’OMS a déclaré qu’elle pourrait également avoir une certaine résistance aux anticorps.

Maria Van Kerkhove, responsable technique de l’OMS sur Covid-19, a évoqué les premières études «suggérant qu’il y a une neutralisation réduite». Elle a dit qu’il y avait «certaines informations disponibles suggérant une transmissibilité accrue de B.1.617», le nom technique de la mutation. «En tant que tel, nous classons cela comme une variante de préoccupation au niveau mondial», a-t-elle déclaré.

L’OMS a déclaré qu’il était trop tôt pour dire si la variante pourrait avoir plus de résistance aux protections vaccinales. Les ministres britanniques et allemands ont fait état de craintes de résistance aux vaccins lorsqu’ils ont imposé des interdictions de voyage à l’Inde afin de garder la variante.

La France, où le confinement a été considérablement assoupli il y a quelques semaines, a imposé une quarantaine de 10 jours pour les arrivées en provenance d’Inde le mois dernier. Le Premier ministre français Jean Castex a déclaré, récemment que la France «touchait à la fin» de la crise, mais un conseil scientifique gouvernemental a averti dans un document d’information que la situation restait périlleuse.

« Les semaines à venir restent incertaines et il y a un risque de reprise de l’épidémie », ont déclaré les scientifiques. «A moyen terme, et en amont de la période estivale, les scénarios d’évolution du virus restent ouverts et doivent être anticipés. «Dans un scénario défavorable, dans le cas d’une quatrième vague, l’épuisement du personnel médical fait qu’il n’aura pas la même capacité à dispenser des soins, notamment en réanimation.

«Si une quatrième vague arrivait pendant une canicule estivale, ces difficultés seraient accrues.» Un tel scénario pourrait être évité si la France pouvait fournir des vaccinations à 35 millions de personnes d’ici la fin du mois de juin, selon le journal. Environ 18 millions de personnes en ont eu jusqu’à présent, la campagne de vaccination s’accélérant rapidement après un démarrage lent. Les scientifiques ont déclaré qu’il y avait une période critique entre début mai et fin juin, au cours de laquelle de nombreuses personnes ne seraient toujours pas vaccinées mais la France serait vulnérable aux nouveaux variants.

Laisser un commentaire