Jennifer Aniston : Portrait d’une femme en quête d’amour et de reconnaissance

0
148

On connaît la femme bafouée, celle que l’on a trop souvent jugée pour ne pas avoir d’enfant. Bien plus que cela, Jennifer Aniston est une personnalité aux multiples fêlures. Alors qu’une nouvelle biographie nous plonge dans l’intimité de la star de « Friends », le portrait d’une femme qui voulait simplement qu’on l’aime se dessine. Cette biographie, « Jennifer Aniston : l’impossible bonheur », écrite par Anaïs Maquiné Denecker et sortie le 15 mai dans la collection Meet the People chez Hachette, s’appuie sur des témoignages inédits pour retracer le parcours de l’actrice.

Les blessures de l’enfance

Pour comprendre les fêlures de Jennifer Aniston, il faut remonter à son enfance. Très jeune, elle souffre de problèmes de mémoire et ne parvient ni à lire, ni à écrire. Ce n’est qu’à 21 ans qu’elle découvrira qu’elle est dyslexique, un handicap qui ruinera ses jeunes années. À la maison, ce n’est guère mieux : ses parents, John et Nancy Aniston, se déchirent constamment. « Mes parents s’engueulaient tout le temps violemment. C’est ce qui explique que j’ai tant de mal à me disputer avec mes partenaires. Les bagarres me font peur », confiera plus tard la comédienne. Lorsque son père, qui s’est entiché de sa partenaire dans la série « Des jours et des vies », quitte le foyer, le monde de Jennifer s’écroule. « J’ai reçu un coup de poing émotionnel », se souviendra l’actrice, se sentant responsable de la séparation de ses parents.

La mère de Jennifer, Nancy, plonge alors dans une profonde dépression et ne lui fait pas de cadeau, allant jusqu’à critiquer son apparence physique. « Ma mère était très critique envers moi. Elle me disait que mes yeux étaient trop rapprochés, que j’avais un gros nez… » De là naîtront les insécurités de la jeune Jennifer, qui optera par la suite pour une rhinoplastie.

Une relation conflictuelle avec sa mère

Les soucis avec sa mère ne s’arrêtent pas là. Alors qu’elle connaît un succès fulgurant grâce à « Friends », Jennifer Aniston est folle de rage lorsque Nancy donne, sans son accord, une interview à la télévision. Entre la mère et la fille, la rupture est consommée, une brouille qui durera dix ans et fera naître chez Jennifer Aniston une forte méfiance vis-à-vis des médias. « Elle s’est sentie exposée. Elle a commencé à vouloir contrôler tout ce qui sortait sur elle et a engagé du monde pour faire le boulot », confie une amie de l’actrice. Trente ans plus tard, ses proches savent à quoi ils s’exposent s’ils ont la langue trop pendue… « Nous avons tous peur de subir le même sort que Nancy », confie même l’un d’eux.

Avec les années, la popularité de Jennifer Aniston augmente, tout comme l’intérêt des paparazzis à son égard. Un événement en particulier va traumatiser l’actrice. Alors qu’elle vient de se marier avec Brad Pitt, un homme escalade le mur de sa propriété pour la photographier seins nus au bord de sa piscine. C’est le début d’une longue guerre avec les paparazzis. Mais aujourd’hui, l’actrice semble davantage sereine. « Il y a eu un tournant lorsqu’elle a appris à vivre avec l’attention qu’on lui porte », note l’une de ses proches.

L’amour et les déceptions

Le pan de la vie de Jennifer Aniston qui a été le plus commenté est sans nul doute son idylle – puis son divorce – avec Brad Pitt. Beaucoup de choses ont été dites, notamment que le sex-symbol l’aurait quittée sous prétexte qu’elle ne voulait pas d’enfant. « C’est, de loin, selon les amis de Jennifer que j’ai pu rencontrer, ce qui l’a le plus blessée », révèle Anaïs Maquiné Denecker dans son livre. Une proche de l’actrice rétablit ainsi la vérité : « Je sais (qu’au début des années 2000) elle ne prenait plus de contraceptif et que Brad et elle espéraient avoir un enfant ». La nature ne l’entend pas de cette oreille, mais Jennifer ne baisse pas les bras. Traitement hormonal, FIV… Elle tente à tout prix de tomber enceinte. En vain.

Parallèlement, son mariage avec Brad Pitt bat de l’aile. En cause : le penchant trop prononcé de l’acteur pour l’alcool et la drogue. « Jennifer a essayé de le sevrer ‘à la dure’ mais ça ne marchait pas », se souvient un ami du couple. La coupe est pleine pour Jen. Elle suggère à son mari qu’ils feraient peut-être mieux de faire un break… sans savoir que Brad Pitt tomberait sous le charme d’Angelina Jolie, rencontrée sur le tournage du film « Mr and Mrs. Smith » en 2005. La suite, on la connaît. La séparation est actée, et elle est particulièrement douloureuse pour l’actrice. « Perdre ‘Friends’ et Brad en même temps a été un désastre », confie un proche alors que la série venait de se terminer après 10 ans de succès.

Le premier amour et les regrets

Si son histoire avec Brad Pitt a largement été documentée dans la presse, on ne peut pas en dire autant de son idylle avec Daniel MacDonald. Comédien de théâtre formé au prestigieux Actors Studio, il sera pourtant le premier grand amour de Jennifer Aniston. « Nous avons été ensemble pendant cinq ans. Il aurait pu être le bon. Mais j’avais 25 ans et j’étais stupide », reconnaîtra plus tard l’actrice. Une de ses amies abonde : « Leurs chemins se sont séparés, car leur carrière ne les emmenait pas dans la même direction, mais ils s’aimaient profondément ».

De son propre aveu, Daniel MacDonald reste « un ami très cher » pour Jennifer Aniston. Après son divorce avec Brad Pitt, elle songe même à le revoir. « Elle disait qu’elle avait été bête de le laisser partir. Et puis la nouvelle est arrivée… » Le 15 février 2007, Daniel MacDonald meurt d’un cancer du cerveau à 47 ans. Un drame qui marquera Jennifer Aniston au fer rouge.

Une quête d’amour et d’acceptation

Avec Justin Theroux, rencontré quelques mois plus tard, Jennifer Aniston pensera un temps avoir trouvé le bon. Mais après sept ans de relation, dont deux ans de mariage, ils annoncent leur séparation. Entre eux, la passion a laissé place à l’amitié. Une proche de l’actrice décrypte : « Si vous ne le saviez pas, vous ne pouviez pas deviner que Jen et Justin étaient un couple ». C’est peut-être là le talon d’Achille de Jennifer Aniston et la raison de son éternel célibat. « Elle a tendance à ‘friendzoner’ les mecs. Je pense que c’est une façon de se protéger. Elle a toujours peur d’être quittée, comme son père l’a fait brutalement dans son enfance ». Des blessures décidément difficiles à panser.

Jennifer Aniston, malgré une carrière éclatante et une popularité indéniable, reste une femme marquée par des blessures profondes. De son enfance tumultueuse à ses relations amoureuses complexes, chaque étape de sa vie a façonné la personne qu’elle est aujourd’hui. La biographie « Jennifer Aniston : l’impossible bonheur » offre un regard intime sur ces aspects méconnus de sa vie, révélant une femme en quête d’amour et de reconnaissance. Une quête qui, malgré les épreuves, continue de définir son parcours et son identité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici