« Michel Blanc se confie à cœur ouvert sur un douloureux passé : son témoignage bouleversant fait le tour du web »

0
297

À l’occasion de la sortie du film « Marie-Line et son juge », Michel Blanc sera l’invité sur le plateau d' »En aparté » ce mercredi 11 octobre. Nos confrères de Gala ont pu visionner plusieurs extraits de l’émission dans lesquels il s’est confié sur son adolescence, une période qui a beaucoup touché l’acteur. Il a déclaré : « Ça a été pour moi la pire période probablement de ma vie et pour plein de raisons ». Il était déjà très mal dans sa peau et a dû surmonter une terrible épreuve : « Quand j’ai eu 15 ou 16 ans, j’ai cru que ma mère allait mourir. Elle a eu un cancer très sérieux ». Sa mère a dû subir 80 séances de radiothérapies pour vaincre ce cancer et Michel Blanc se souvient : « Tous les soirs, je l’entendais tousser ». Il pensait alors au pire : « Je me disais : ‘Voilà, ça a gagné les poumons, elle va mourir’. Je n’aimais déjà pas mon adolescence et en plus, elle se terminait peut-être dans la perte de ma mère. Donc, c’était très dur à vivre ».

Fort heureusement, sa maman a pu vaincre ce cancer et est décédée à l’âge de 90 ans. Pour le Journal du Dimanche, Michel Blanc avait également évoqué son enfance modeste : « À ma naissance, mes parents n’avaient pas de réfrigérateur, pas de télé. Pas de salle de bain non plus, on se lavait dans l’évier de la cuisine. Un poêle unique servait à chauffer notre deux-pièces : en hiver, il faisait froid, alors, pour dormir, je portais un pyjama et je superposais les couvertures ». Malgré cela, l’acteur insiste sur le fait qu’il a été heureux  » au sein d’une famille formidable ». De jolies confidences pour celui qui a par la suite trouvé le succès.

Mais même s’il a réussi sa carrière, Michel Blanc avoue ne pas avoir été très bon public pour ses propres films. « Des fois, je me dis : ‘ça, c’est réussi.’ Enfin, c’est réussi par rapport à ce que je peux faire. Et parfois, je me dis ‘ça, c’est un peu routinier' », a-t-il expliqué à la présentatrice. Michel Blanc a d’ailleurs été très critique envers l’un de ses premiers « rôles importants » dans le film « La meilleure façon de marcher » de Claude Miller en 1976. Il a révélé : « Je me suis trouvé nul à chier. Je me suis dit que ça ressemble à certains acteurs parfois dans des productions télévisuelles auxquelles je ne crois pas beaucoup. Donc, j’étais assez effondré ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici