« Révélations exclusives : Ces invités célèbres refusent catégoriquement de retourner dans l’émission de Thomas Isle ! Découvrez les raisons choquantes derrière leur décision ! »

0
244

Un nouveau visage a fait son apparition dans l’émission « Culture médias » sur Europe 1. Thomas Isle a remplacé Philippe Vandel, qui a quitté l’émission en juin dernier. L’animateur a parlé de ses premières semaines lors d’une interview pour Puremédias. « Quand on m’a appelé pour me proposer de remplacer Philippe Vandel dont j’étais déjà le remplaçant, j’étais très heureux. Le premier mois est un tunnel, je suis entré dans une autre dimension. Je ne pense qu’à Culture médias, je consacre ma vie à l’émission. J’essaie de tout voir, de tout lire et cela prend énormément de temps car nous avons plusieurs invités par jour. C’est un énorme travail, très intense mais en même temps, tellement passionnant. J’espère que nous sommes partis pour une aventure qui durera », confie le présentateur, visiblement très honoré d’entreprendre cette belle aventure. L’animateur, très consciencieux, parle de la façon dont il traite les polémiques liées aux médias. « J’ai une certaine distance par rapport à cela. Je me méfie un peu de l’écume du moment où tout le monde va s’exciter ou tomber sur quelque chose », explique-t-il.

Et dans les médias, ces derniers temps, les polémiques sont légion. « Je trouve que dans ces cas-là, on est souvent en retard, on arrive généralement trop tard. À moins que cela se passe à 8h58, mais cela est assez rare. Ce sont des choses que nous voyons tous sur notre téléphone, sur les réseaux sociaux, les images fortes du moment, la dernière petite polémique, le happening, ce qui s’est passé dans telle émission, j’ai peur de la redite et que nous n’apportions rien de plus sinon du bruit autour du bruit », déclare-t-il. Puremédias a alors demandé à Thomas Isle comment il appréhende les différentes polémiques qui touchent les médias du groupe Bolloré auquel il appartient désormais.

Face à la question « Cette image du groupe est-elle un frein pour recevoir certains invités ? », l’animateur répond : « Il peut y avoir des invités qui, d’eux-mêmes, décident de répondre qu’ils ne peuvent pas venir et je ne peux jamais connaître la raison cachée derrière. À côté de cela, nous recevons énormément d’appels pour participer à l’émission. C’était l’un des enjeux pour moi de rendre cette émission crédible et agréable pour que tout le monde ait envie de venir et aujourd’hui nous avons très peu de refus. Si vous regardez notre programmation des dernières semaines, elle est assez variée. »

Thomas Isle semble donc s’adapter avec enthousiasme à son nouveau rôle d’animateur de « Culture médias » sur Europe 1. Il se montre passionné par son travail et prêt à relever les défis liés aux polémiques médiatiques. Sa distance vis-à-vis de ces controverses lui permet d’éviter de se laisser submerger par l’agitation médiatique du moment, préférant apporter un regard critique et réfléchi sur les sujets abordés. Quant à l’image du groupe Bolloré, auquel il appartient désormais, il semble que cela n’ait pas d’impact négatif sur la programmation de l’émission, les invités étant nombreux et variés. Thomas Isle souhaite ainsi maintenir la crédibilité et l’attrait de « Culture médias » pour continuer à offrir un contenu captivant à ses auditeurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici