Le prince Albert fait des confidences très préoccupantes sur sa femme, Charlène !

0
840

« Elle avait déjà pris sa décision, et nous voulions seulement qu’elle le confirme devant nous », a déclaré le prince Albert de Monaco à propos d’une réunion de type intervention familiale. La princesse Charlene est soignée dans un établissement « en dehors de Monaco », a déclaré à PEOPLE son mari, le prince Albert.

La décision de se faire soigner quelques jours seulement après son retour à Monaco a été prise conjointement par le couple, assisté des frères de Charlene. Dans une interview exclusive, le prince souverain de Monaco a déclaré à PEOPLE que la princesse de 43 ans souffre d’un « épuisement profond, à la fois émotionnel et physique ». Ignorant diverses rumeurs, il affirme que son rétablissement nécessitera des soins cliniques d’une durée minimale de plusieurs semaines.

Le retour de Charlene à Monaco il y a 11 jours après six mois en Afrique du Sud « s’est plutôt bien passé dans les premières heures, puis il est devenu assez évident qu’elle n’allait pas bien », a déclaré Albert, 63 ans.

Une semaine après avoir partagé une photo le 8 novembre de ses retrouvailles avec Albert et leurs jumeaux de 6 ans, le prince Jacques et la princesse Gabriella, elle a annoncé qu’elle se retirait des festivités de la fête nationale de Monaco le 19 novembre, citant « fatigue générale profonde ».

Abordant les rumeurs en cours selon lesquelles le couple serait au milieu d’une crise conjugale , il a déclaré: « Je vais probablement le dire plusieurs fois, mais cela n’a rien à voir avec notre relation. Je tiens à le préciser très clairement. Ce sont pas des problèmes au sein de notre relation ; pas avec la relation entre un mari et sa femme. C’est d’une nature différente».

Son état actuel, dit-il, est le résultat « de plusieurs facteurs qui sont des affaires privées ». Il ajoute: « Elle était clairement épuisée, physiquement et émotionnellement. Elle était dépassée et ne pouvait pas faire face aux fonctions officielles, à la vie en général ou même à la vie de famille. »

La princesse avait été « immobilisée », comme elle l’avait dit auparavant, en Afrique du Sud depuis début mai en raison d’une infection ORL qui a nécessité un certain nombre de chirurgies correctives au cours de ses six mois d’absence.

« De toute évidence, il y a eu des conséquences de ses différentes chirurgies et des procédures qu’elle a subies au cours des derniers mois », explique Albert. « C’était certainement un facteur, mais à ce stade, je préfère ne pas commenter davantage. Je peux dire qu’elle souffrait d’une fatigue incroyable. Elle n’avait pas bien dormi depuis plusieurs jours et elle ne mangeait pas du tout bien. Elle a a perdu beaucoup de poids, ce qui la rendait vulnérable à d’autres maladies potentielles. Un rhume ou la grippe ou Dieu nous aide, COVID. « 

L’absence prolongée de Charlene à Monaco a fait que la princesse a raté son 10e anniversaire de mariage et a donné lieu à de nombreux rapports concernant une rupture dans le mariage du couple ainsi que des spéculations sur la véritable nature et l’ampleur de ses problèmes médicaux. Le couple a systématiquement nié ces rapports de tabloïd. Depuis que la nouvelle inattendue de son retrait de la vie publique a éclaté mardi, les histoires ont refait surface. 

« Parce que je sais qu’il y a des rumeurs, permettez-moi de dire : ce n’est pas COVID », déclare Albert. « Et ce n’est pas lié au cancer. Ce n’est pas un problème de relation personnelle. Et si vous voulez discuter d’une autre spéculation, ce n’est pas du tout lié à la chirurgie plastique ou au travail du visage. »

Se faire soigner « ailleurs en Europe » était une solution, dit-il, que la princesse privilégiait déjà. Le processus décisionnel final impliquait une rencontre de type intervention avec les membres de la famille. À son retour d’un voyage d’une nuit à Dubaï dimanche dernier, le prince se souvient : « Je l’ai assise avec ses frères et une belle-sœur. 

« Elle avait déjà pris sa décision, et nous voulions seulement qu’elle le confirme devant nous. Elle le voulait. Elle savait déjà que la meilleure chose à faire était d’aller se reposer et d’avoir un vrai traitement médicalement encadré. Et non à Monaco. Pour des raisons de confidentialité, il faudrait que ce soit quelque part en dehors de Monaco. « 

Le processus « s’est très bien passé », dit-il. « Elle était très calme et très compréhensive. Elle s’est rendu compte qu’elle avait besoin d’aide. On ne peut forcer personne à comprendre qu’il a besoin d’un traitement, il doit l’accepter lui-même. »

« Elle y était déjà favorable. Nous le savions. Nous voulions seulement que cela se confirme devant nous. Nous voulions lui dire que nous l’aimons tellement, et que nous étions là pour elle, et que l’aspect le plus important pour elle est sa santé Qu’elle ne doit se soucier de rien d’autre. Que nous l’aimons tous, que ses enfants l’aiment et que nous ne voulons que le meilleur pour elle.

De Gabriella et Jacques, dit-il, « nous lui rendrons visite là-bas. Je ne peux pas vous donner de calendrier à ce sujet. Pas dans les prochains jours, certainement, mais chaque fois que nous aurons le feu vert médical. Vous savez ce genre de traitements, ces périodes de repos, durent généralement plusieurs semaines. Je ne peux pas vous donner de période fixe pour le moment, nous verrons.

Notant la déclaration sans précédent du couple mardi demandant le respect de la vie privée après avoir annoncé le retrait temporaire de Charlene de ses fonctions publiques, il a déclaré: « Elle a besoin d’intimité; en tant que famille, nous avons besoin d’intimité. Elle a besoin de temps pour se reposer dans le meilleur environnement possible. Même si nous, en tant que famille sont des personnalités publiques. Lorsque des personnalités publiques ont des problèmes de santé, elles méritent la vie privée comme n’importe qui d’autre. J’espère que tout le monde le comprendra. Donnez-nous le temps dont nous avons besoin ; donnez-lui le temps dont elle a besoin pour guérir et aller mieux et être de retour avec sa famille à Monaco.

« Charlene n’a jamais demandé à avoir ces problèmes – mais ils sont là, malheureusement, et nous avons besoin d’espace et d’intimité pour les résoudre. Je prie donc tout le monde de comprendre cela et de laisser ma famille tranquille pour les semaines à venir. »

Jacques et Gabriella « savaient qu’elle était fatiguée. Qu’elle n’était pas tout à fait elle-même. Et puis je leur ai dit qu’elle avait besoin d’un peu de temps pour se reposer, et qu’elle est maintenant quelque part pas trop loin, qu’on pourra aller la voir un jour. Ils l’ont compris.

« Ils savent qu’elle va leur parler très bientôt. Elle leur manque, bien sûr, mais ils comprennent. Les enfants de cet âge ils comprennent. »

Quant à la façon dont il s’en sort, il dit: « C’est généralement la période la plus occupée de l’année. Je n’ai pas le temps de me promener avec un visage trop triste. Je vais bien. Bien sûr, je suis attristé par la situation , mais je sais qu’elle est dans une bonne position maintenant. Qu’elle va récupérer et que c’est le meilleur endroit pour elle. « 

Sa foi, dit-il, l’a considérablement aidé – en plus d’être « entouré de famille, d’amis et d’un personnel formidable. Je sais que nous ne sommes pas seuls. Nous avons le soutien, l’amour et l’amitié autour de nous de ces personnes et des citoyens de Monaco. Je sais que nous allons nous en sortir. »

 

2

Laisser un commentaire