Brigitte Macron, un Noël tragique à la Lanterne. Elle est traumatisée par un terrible deuil !

0
4814

La première dame de France, Brigitte Macron, a vécu une année 2020 riche en émotions. Il faut dire qu’elle n’a pas été épargnée et a accumulé les éprouves douloureuses. De plus, l’apparition de la crise sanitaire n’a pas arrangé les choses et eu de lourdes répercussions sur son moral. Selon ses proches, l’ex professeure de français aurait frôlé la dépression.

En effet, elle a très mal supporter le confinement. Connue pour être très active, l’heureuse maman de trois enfants, a dû se résigner à vivre cloîtrer entre les mur du palais de l’Elysée. Eloignée de ses trois enfants et de ses sept petits enfants, cette situation est très vite devenue intenable pour l’épouse du président de la république.

De plus les fêtes de Noël s’évèrent très difficiles pour Brigitte Macron. C’est en effet, il y a tout juste un an que le premier mari de Brigitte a rendu son dernier souffle. Ils avaient vécu maritalement durant plusieurs décennies. Ensemble, ils ont eu trois enfants. André Auzière est décédé pendant le Noël dernier. Une situation difficile à gérer pour la jolie blonde.

Pourtant sa disparition a été révélé par sa famille seulement le 8octobre dernier par sa fille Tiphaine. « Mon père est mort. Je l’ai enterré le 24 décembre dernier dans la plus stricte intimité. Je l’adorais, c’était un être à part, un anticonformiste qui tenait plus que tout à son anonymat. Il faut le respecter. », avait-elle indiqué.

Brigitte et André-Louis Auzière se sont rencontrés au début des années 1970, au Touquet, dans le nord de la France. Ils ont vécu maritalement durant vingt et un an. Leur mariage a donné naissance à trois enfants : Sébastien, Laurence, et Tiphaine, la cadette, née en 1984. Brigitte Macron avait demandé le divorce, lorsque sa relation avec Emmanuel, qui était à l’époque son élève était devenue plus sérieuse. Uns séparation qui aurait été très mal vécu par son ex mari.

Une histoire qu’assume parfaitement la première dame de France.  » Le passé, c’est constitutif de ce que nous sommes. Cela dit quelque chose de nous, même si c’est quelque chose qui ne nous plaît pas. Il est là, donc on doit accepter l’Histoire. C’est très important de ne pas renier l’Histoire, de ne pas renier notre culture. Nous ne sommes que la somme de nos actes », a confié l’épouse du chef de l’Etat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici