Charlène de Monaco, préoccupée, tentative de suicide, confidence CHOC de Jade Lagardère face à une tragédie

0
418

Jade Lagardère, l’épouse d’Arnaud Lagardère, serait comme Charlène de Monaco aux prises avec une grave dépendance aux médicaments. 
La princesse Charlène passe des moments difficiles depuis plusieurs mois. Elle n’a que très rarement revu ses enfants, Jacques et Gabriella, mais aussi son mari. Officiellement, l’épouse du prince Albert II se reposerait en Suisse, après une infection ORL dont elle a souffert durant des mois et qui l’a soumise à des chirurgies. 


Mais d’après les révélations du magazine Voici, la princesse Charlène serait internée en Suisse dans une clinique spécialisée suite à une addiction aux médicaments. Selon la publication, l’ancienne nageuse professionnelle serait « dépendante depuis neuf ans à un dangereux cocktails de somnifères (Stulnox, innovante et dérivés de Carfentanil), l’un des opioïdes les plus toxiques connus ». 


« Certains de ces médicaments seraient 10 000 fois plus toxiques que la morphine, 4 000 fois plus toxiques que l’héroïne et 100 fois plus toxiques que le fentanyl », renseigne encore la publication selon qui la princesse serait tombée dans le piège de la dépendance alors qu’elle cherchait à guérir une ancienne blessure.


« Tout a commencé par des anti-douleurs pour soigner une vieille blessure. Et puis, au fil du temps, parce qu’elle n’arrivait pas à dormir, elle est tombée dans un cercle vicieux »,  a expliqué un proche. Le cas de la maman des jumeaux du Rocher n’est pas isolé puisque Jade Lagardère a traversé le même enfer. 


L’épouse d’Arnaud Lagardère a aussi été addicte aux médicaments. Elle en parlait dans les colonnes de La Meuse, alors qu’elle était en pleine promotion du tome 3 de sa bande-dessinée Amber Blake, intitulée Opération Dragongly. Elle avait  alors révélé avoir pris du poids et songé à attenter à sa vie. 


« En 2020, j’avais pris 12 kilos à cause d’une crise d’anxiété et des médicaments contre la migraine qui m’ont rendue très dépressive jusqu’à tenter de mettre fin à mes jours », a-t-elle raconté. « J’ai passé des moments très difficiles. Les réseaux sociaux ne sont pas toujours le reflet de ce que nous sommes », ajoutait-elle. 

Laisser un commentaire