Disparition de Delphine Jubillar: le corps de la mère de famille retrouvée dans un puits …

0
10065

Une nouvelle fouille a été organisée le 10 juillet à Cagnac-les-Mines pour essayer de retrouver le corps de Delphine Jubillar. Des puits ont cette fois été sondés. 

Cela fait 18 mois que l’infirmière est introuvable et personne ne sait toujours ce qui est arrivé exactement la nuit de sa disparition. Ses proches, qui gardent l’espoir de la retrouver, mènent régulièrement des battues près de la maison où elle vivait avec son mari pour essayer de trouver des indices ou des traces qui pourraient aboutir sur une piste. 

Les volontaires n’hésitent pas à mettre à contribution du matériel de pointe comme ce fut le cas ce dimanche 10 juillet. Une trentaine de personnes se sont mobilisées, à l’appel des amies de l’infirmière disparue, pour effectuer les recherches et parcourir la forêt. Ils sont partis du parking de l’église Notre-Dame-de-la-Drèche à 9h. 

De nombreux équipements étaient disponibles ce jour, apportés par un homme: des lampes, cordes, caméra, et même un détecteur de métaux. De quoi pouvoir « sonder les puits », selon les explications de ce dernier. Pour les personnes investies dans les recherches de Delphine Jubillar, le corps de la jeune femme n’est pas loin de sa maison. 

Pour eux, Cédric Jubillar, son conjoint avec qui elle était sur le point de divorcer, est bien à l’origine de sa disparition. Et il n’aurait disposé que de quelques heures pour se débarrasser du cadavre de l’infirmière. Aussi, les volontaires concentrent leurs recherches sur les crevasses, les bâtisses abandonnées, les aires de fôrets. 

Mais à ce jour, aucune piste n’a été trouvée et Cedric Jubillar clame toujours son innocence. Le magazine Purepeople rapporte cependant la piste du cimétière de Dalmaze, identifié comme une zone de recherches capitale, suite au propos du principal suspect, le mari, qui clame malgré tout toujours son innocence. 

Une amie de Delphine Jubillar a expliqué dans les colonnes de Libération avoir croisé Cédric Jubillar aux abords dudit cimetière en mars 2021. « Il y a une tombe pour laquelle il me demande de l’aider à ouvrir. Il a ouvert le tiroir d’une tombe et s’est mis à rire, et il a dit: ‘Putain, merci, maintenant il y a tes empreintes avec les miennes’, et il rigole », a-t-elle expliqué. 

Laisser un commentaire