Françoise Hardy, au plus mal – son fils brise le silence …

0
725

Thomas Dutronc s’est récemment exprimé au sujet de la santé de sa mère, malade depuis plusieurs années. 


La chanteuse des années Yé-yé lutte contre un cancer du système lymphatique et du pharynx et affirmait au mois de septembre dernier se sentir « proche de la fin ». Cependant, Thomas Dutronc  explique lors d’une interview récente que sa mère ne se trouve pas dans un état critique, et n’est pas sous le voile de la mort. 


Selon son fils, Françoise Hardy présente seulement des soucis quotidiens, des malaises importants, résultats de la chimio et la radiothérapie qu’elle suit pour soigner son cancer. Mais ce qui maintiendrait en vie la chanteuse, ce sont l’écriture et la chanson, bien qu’à cause de la maladie, elle a décidé de mettre un terme à sa carrière. 


« Aujourd’hui, je peux dire que, si ma mère n’est pas en bonne santé, ses jours ne sont pas en danger », a confié Thomas Dutronc lors d’une autre interview. Le cancer dont souffre Françoise Hardy est en rémission, mais à cause des séquelles importantes liées à son traitement, la chanteuse a tendance à l’ignorer. 


C’est en 2004 que le diagnostic d’un cancer du système lymphatique lui est annoncé. En 2015, elle sera plongée dans un coma artificiel pour lui éviter de trop souffrir. Alors qu’elle entre en phase de rémission, on lui découvre un autre cancer. Cette fois, celui du pharynx. Soumise à un traitement par radiothérapie, il a eu des conséquences notoires sur sa santé. 


Françoise Hardy affirme son droit de décider de sa fin. Lors d’une interview qu’elle accordait à Femme Actuelle, elle a évoqué l’euthanasie, et s’est souvenue de sa mère qui avait choisi de partir, accompagnée dans cette démarche par un médecin. « Je souhaiterais avoir cette chance, mais vu ma notoriété, personne ne prendra le risque d’être radié de l’ordre des médecins », regrettait-elle. 


Parlant de féminisme, elle a donné lors d’un échange avec les journalistes de Technikart, au mois de septembre dernier, son avis sur le sujet. « Je refuse l’écriture inclusive : dire ‘autrice’ au lieu d’auteur, c’est affreux ! Je n’apprécie pas non plus les nouvelles féministes qui jugent, condamnent, exécutent quelqu’un qu’elles ne connaissent pas, en ignorant tout de ce dont elles l’accusent », a affirmé la chanteuse. 

Laisser un commentaire