Michel Onfray, Covid 19, sa santé est extrêmement inquiétante !

0
477

Le philosophe a vécu un véritable cauchemar après avoir contracté le coronavirus. C’est à travers un long billet publié sur le site de sa revue Front populaire que Michel Onfray explique les semaines effroyables qu’il a récemment vécu. Il s’est retrouvé, durant 21 jours, aux prises avec le covid-19, le virus qui a décimé depuis le début de l’année des milliers de vies et de familles. Durement atteint, l’essayiste évoque des symptômes d’une rare violence.Michel Onfray parle ainsi d’une douleur «moins pointue, moins acérée, moins tranchante » que celle qu’il ressentie lors d’un infarctus en 1988. Mais il reste encore l’«immense fatigue, causée par la forte fièvre, des migraines et des douleurs abdominales », qui l’ont presque assommé durant des jours.  A 61 ans, avec à son actif deux AVC, le philosophe a de quoi se réjouir d’être encore débout.

« Je sais le jour, l’heure et la qualité de l’air de l’endroit dans lequel je me trouvais quand je suis entré dans le covid – alors que le covid était déjà entré en moi »écrit Michel Onfray, avant d’ajouter : « C’était le lundi 16 novembre 2020 vers 17h00, dans le Haut Karabakh (une région autonome au cœur d’un conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan – NDLR), sur le lieu de crash d’un drone azéri dont la carcasse gisait pulvérisée au sol, ses deux bombes, qui n’avaient pas explosé, se trouvant dans l’herbe parmi les débris ».

C’est ce jour qu’il ressent les premiers symptômes. « Je suis frigorifié dans la voiture. J’ai les mains et les pieds gelés. Le corps et le cœur qui se rétrécit autour de mon âme qui entre à nouveau dans ces contrées de luminosités jaunasses dont je sais qu’elles sont tangentes à la mort », affirme-t-il, évoquant « de la fièvre, des ganglions, deux, trois, voire quatre jours avec des températures très élevées ».

A son retour en France, il est testé négatif mais continue d’être malade. « Je suis fiévreux, j’ai vraiment de la fièvre, 38.5, j’ai des courbatures terribles, j’ai mal à la tête, je suis extrêmement fatigué ». Il fait un second test qui cette fois s’avère positif. Il affirme avoir appelé le professeur Didier Raoult, avant même son propre médecin.

« Je suis extrêmement fatigué, épuisé. J’éteins la lumière à neuf heures le soir dans un immense état d’épuisement, je me réveille douze heures plus tard, plus fatigué que si j’avais fait trois nuits blanches de suite. Je ne sors pas du lit », relate-t-il. Un « cauchemar » qui commencera à prendre fin dans la nuit du dimanche 6 décembre et qu’il se dépêchera de coucher sur du papier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici