Nathalie Marquay – ce terrible mensonge à Jean-Pierre Pernaut avant sa décès- elle assume tout !

0
568

Nathalie Marquay, qui s’est confiée dans les colonnes du Parisien au sujet de la mort de son mari, a reconnu lui avoir caché certaines choses avant son décès.

La comédienne qui affirme éviter de verser des larmes depuis la disparition de son mari, car, d’après elle, plus on pleure les morts, moins ils « montent haut et moins on a de signes », s’est confiée auprès du Parisien sur la manière dont elle compose avec le décès de son mari suite à un cancer des poumons, le 2 mars dernier. 

Nathalie Marquay a, lors de cet entretien, confessé avoir caché certaines choses à son mari avant qu’il s’éteigne. « J’ai toujours fait beaucoup de rêves prémonitoires », a confié la veuve de Jean-Pierre Pernaut. Elle avait prédit que son époux serait frappé d’un cancer des poumons mais restait persuadée qu’il aurait raison de ce mal. 

La comédienne assure qu’elle révelait tout au père de ses enfants, excepté cette fois. Un « petit mensonge » dont elle a parlé dans les colonnes du Parisien. « J’avais un pressentiment. J’ai dit à mes plus proches – sauf lui, c’est le seul mensonge que je lui ai fait – qu’il ne verrait pas ses 72 ans, qu’il ne mourrait pas d’un cancer mais d’un truc au coeur ou à la tête », a-t-elle déclaré. 

L’ancienne reine de beauté affirme par ailleurs qu’au mois de janvier, l’ancien présentateur du JT de TF1 ne présentait plus de traces de cancer. La tumeur aurait été vaincue. « En fin de compte, c’est le coeur et la tête: il a fait un AVC fatal. Il est mort deux mois avant ses 72 ans », a regretté la maman de Lou et Tom Pernaut. 

« On dit avec le temps, ça passe, mais plus le temps passe, pire, c’est », a confié Nathalie Marquay quant à la manière dont elle compose avec le deuil. « Il y a un grand manque. Il est irremplaçable. C’était tellement un homme extraordinaire, généreux, prévenant », a poursuivi la comédienne, qui parle de hauts et de bas

Malgré ces variations, elle ne veut pas verser de larmes, car elle espère toujours que son mari lui fasse des signes. « Eux normalement, ils sont très bien de l’autre côté. Le plus dur, c’est pour nous », a affirmé l’auteure de Moi, j’y crois. Un livre dans lequel elle évoque ses expériences paranormales. 

Laisser un commentaire