Sarah Knafo, très préoccupée par l’épouse d’Eric Zemmour

0
550

Eric Zemmour pourrait finir par avoir le coeur brisé par Sarah Knafo qui attend son premier enfant. 
Pour certains, l’ancienne magistrate de la Cour des comptes n’aurait pas pour projet de passer le reste de sa vie avec Eric Zemmour. « Elle prendra le large dès que cette farce présidentielle sera close », a affirmé une source proche du couple auprès de Libération qui a réalisé un dossier sur la paire que forment Eric Zemmour et Sarah Knafo. 
Mylène C., qui n’est pas encore divorcée du polémiste, n’aurait elle aussi jamais cru en la durée de leur histoire d’amour qui semble pourtant forte. L’ancien journaliste serait un pion entre les mains de Sarah Knafo. La conseillère politique semble tout diriger, comme l’indiquent les images de leurs récentes vacances aux Antilles. 
« Elle a cherché longtemps quelqu’un à la mesure de ses ambitions et l’a trouvé en Zemmour », lance un proche qui livre un portrait dévalorisant de l’ancienne magistrate de la Cour des comptes. « J’observe chez eux une forme d’ivresse effrayante et d’immaturité », souligne ce dernier qui s’est confié sous anonymat. 
« Elle a participé au fait que Zemmour soit devenu fou. Il n’a plus de limites », ajoute-t-il au sujet du candidat à la présidentielle qui devrait recevoir, par les soins de sa conseillère politique, un soutien de poids dans ses rangs: Marion Maréchal – Le Pen, la nièce de sa concurrente de l’heure dans la course vers l’Elysée. 
Si Sarah Knafo a pu jouer sur les liens d’amitié de longue date qui la lient à la nièce de Marine Le Pen, ce serait cependant par un tout autre moyen qu’elle aurait convaincu cette dernière de réjoindre le camps d’Eric Zemmour, au détriment des liens du sang. Une belle somme d’argent est évoquée. 


« A priori Marion Maréchal, l’ex-députée, ne rêvait pas de trahir sa tante, Marine Le Pen, en rejoignant son ennemie. Mais c’était sans compter sur la force de persuasion de la compagne d’Eric Zemmour », soutient le magazine Public. Le Parisien cite un proche de l’ancienne député dans sa parution du 12 février, selon qui « revenir en politique, c’est aussi des raisons financières ». 

Laisser un commentaire