Sheila, révélations stupéfiantes sur son union avec Eric Azhar

0
75

Sheila est la cible d’une rumeur selon laquelle elle se serait mariée secrètement avec le guitariste Eric Azhar. 

Lors de son entretien avec Variation, la chanteuse en a profité pour remettre les choses au clair. Depuis quelques années déjà, Sheila serait, selon la rumeur, en couple avec Eric Azhar. Ce dernier n’est autre que le guitariste du groupe H Taag, qu’il a créé avec Ralph Adam en 2013. Les deux tourtereaux se sont rencontrés il y a douze ans, lors de la tournée Âge tendre et tête de bois.

L’âge en tout cas n’aura pas été une barrière entre eux, puisqu’Eric Azhar a 18 ans de moins que Sheila. Mais ce qui est sûr, c’est que la mère de Ludovic Chancel a sollicité le musicien pour revisiter ses chansons. Et depuis quelques temps, une rumeur les affirme secrètement mariés. Les amoureux se seraient dit « oui » loin des regards indiscrets.

Sur cette base, le magazine France Dimanche notait dans l’une de ses éditions  que la chanteuse de 74 ans « savoure une seconde jeunesse ». Sheila a bien voulu répondre à des questions sur le sujet lors de son entretien avec Variation. Commelorsque le journaliste lui dit : « Sur le célibat, j’ai lu que l’on cherchait à vous cacher ».

« Effectivement, c’est une question récurrente », a affirmé la chanteuse visiblement enjouée. « Vous savez, j’ai cinq millions d’amants à la fois. Je suis occupée pour ça en ce moment. Aujourd’hui ce n’est plus une priorité en tout cas … », a-t-elle ensuite expliqué. Mais elle avoue tout de même ressentir le poids de la solitude. « Je ne suis plus une idole, je l’ai été… je suis une survivante ! Solitude, oui. C’est quelque chose d’indéniable », dit-elle.

Lors du même entretien, la chanteuse de 74 ans s’est en outre exprimée sur la différence de traitement entre les hommes et les femmes dans l’industrie musicale en France. « On a pas le droit de vieillir, ni même de penser ou d’exister. À l’heure de la libération de la femme, ça la fout un peu mal ! On a pourtant un peu débroussaillé le terrain dans les années 60 », a-t-elle déploré. 

D’après Sheila, en France, un « délai de validité » est imposé aux artistes femmes. « Si j’étais américaine, je serais traitée comme une diva », a fait remarquer l’ex-belle-mère de Sylvie Ortega.  L’artiste a également regretté que ses consœurs n’élèvent pas la voix contre cet état de fait. Elle serait d’après elle la seule à demander que les choses changent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici