Sylvie Vartan, ce choix douloureux qu’elle a pris pour « sauver » son fils !

0
65

Sylvie Vartan s’est illustrée ces derniers mois, en prenant le partie de son fils David Hallyday et de Laura Smet concernant le conflit autour de l’héritage de Johnny Hallyday, décédé en 2017 des suites d’un long combat contre un cancer des poumons. Il faut dire que cette guerre d’héritage a pris des proportions impressionnantes.

A la suite d’un long combat médiatique et juridique, le clan Hallyday composé de Laeticia Hallyday, Laura Smet et de David Hallyday a fini par signer un accord dans le plus grand secret, il y a tout juste un an. A l’époque, chacune des parties avaient décidé de faire des concessions afin de clore ce chapitre très douloureux de leur vie.

« La rage, je ne l’ai plus. Enfin, toujours un petit peu quand même. Il y a des choses qui ne guérissent jamais. Ce qui est fait est fait et personne ne pourra mettre un pansement là-dessus », a confié David Hallyday, dans le cadre d’un entretien accordé à la publication Télé Loisirs.

Quant à Laeticia Hallyday, un communiqué avait été publié, sur lequel était mentionné : « Consciente que la situation née de la remise en cause de ces décisions ne pouvait durer plus longtemps, Laeticia a émis le souhait de parvenir à une entente avec les aînés de son mari. Il en va de la paix réclamée par le deuil, comme de la sérénité qui doit habiter chaque famille ».

Mais saviez-vous que l’ex femme de Johnny Hallyday était également concerné par cet héritage. En effet, ces dernière avec acquis à hauteur de 50 % une luxueuse villa.  « En effet, les deux stars mariées pendant les années 80 avaient acquis une magnifique maison dans un des quartiers les plus sélect de la capitale française. Cette demeure s’étend sur 400 m2 et possède un très beau jardin en plein cœur de Paris dans le 16e arrondissement. Cette Villa Montmorency est d’ailleurs très célèbre en raison des voisins prestigieux qui la bordent », a rapporté un confrère.

« Lors de notre séparation après 18 ans de vie commune, j’ai purement et simplement refusé dans le cadre de notre divorce de recevoir de Johnny, sous forme de donation, sa part de la maison, préférant que cela revienne directement à notre fils unique. C’est d’ailleurs ce qu’indiquait très clairement notre jugement de divorce. C’est moi, et moi seule qui ait voulu gratifier notre fils “, a confié Sylvie Vartan.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici