Thomas Dutronc, ému, sa réponse face au calvaire de Françoise Hardy

0
454

Françoise Hardy parle au micro de France Inter de sa maladie mais aussi de la souffrance de son fils.

La chanteuse s’est exprimée une fois encore sur le mal qui lui complique la vie depuis quelques années. Avant le cancer du pharynx qui lui fait vivre un véritable cauchemar depuis trois ans, elle a dû se battre contre la maladie de Hodgin. Dans ce lot de confessions, elle s’est un moment souvenue, émue, de son fils Thomas.

« C’était le lendemain de l’un de mes anniversaires. Avec l’une des grandes amies de Thomas, qui est née comme moi un 17 janvier, on venait d’apprendre qu’on m’avait diagnostiqué un lymphome », a-t-elle commencé. « A ce moment, Thomas s’est levé, j’ai cru qu’il allait aux toilettes. Et sa grande amie m’a dit : ‘il ne voulait pas que je voies qu’il pleure. Même quand j’en parle maintenant, ça me bouleverse encore », a-t-elle poursuivi.

Françoise Hardy a été touchée par la réaction de son fils. Seulement, sa situation ne s’arrange pas. La chanteuse de 77 ans craint de souffrir « encore plus que ce qu’elle ne souffre actuellement ». « Depuis trois ans, je vis un cauchemar absolu », confiait l’ancienne compagne de Jacques Dutronc  avec qui elle est restée mariée malgré leur séparation.

« Il me serait impossible de donner de mes nouvelles à tout bout de champ.. D’autant plus qu’elles sont mauvaises et que mon état empire un peu plus chaque jour », indiquait-elle dans les colonnes du magazine Gala. Il arrive parfois que la chanteuse expérimente de bons jours au cœur des épreuves qu’elle traverse. 

 « Ce sont mes problèmes physiques cauchemardesques qui influent sur mon moral. Chaque fois que j’ai un petit mieux, mon moral remonte un petit peu. Hélas, cela arrive rarement et cela ne dure pas », révèle l’artiste qui peut toutefois compter sur le soutien de ses proches, dont Jacques Dutronc et leur fils Thomas.

« Avec Jacques, nous nous écrivons au moins une fois par jour. Thomas travaille et voyage beaucoup. Il vient me voir quand il est à Paris. Je suis de près ses activités. J’adore ce qu’il fait, chansons originales ou reprises, et je réécoute souvent ces enregistrements », affirmait Françoise Hardy qui se dit favorable à l’euthanasie. « L’euthanasie consiste à abréger les souffrances de quelqu’un atteint d’un mal incurable, dès lors qu’elles deviennent insupportables et ingérables ». Déjà, elle a préparé son testament.

Laisser un commentaire